Estimation immobilier Paris 17 ième Etoile

Etoile

PARIS 17ÈME ETOILE

Nous avons vu que la place de l’Etoile est située au « sommet » de l’ancienne colline du Roule qui fut arasée entre 1768 et 1774 par Perronet pour que le chemin menant de la place Louis XV (de la Concorde) au pont de Neuilly « fut d’une égale pente ». Cette butte se nommait déjà de « l’Etoile de Chaillot » en 1730 en raison des quelques allées qui s’y croisaient. Sans aucune majesté, cette place reçut malgré tout les premières fondations d’un Arc de Triomphe dès 1806. Le mur des fermiers généraux la contournait à l’est, et deux gros pavillons de l’octroi furent édifiés par Ledoux ; bien sûr, en 1860, quand Paris s’agrandit et que l’octroi fut déplacé à la Porte de Neuilly (Maillot), ils furent démolis. Son architecture actuelle fut définie en 1854 et on ouvrit trois ans plus tard 7 nouvelles voies : les avenues de Friedland, de la Reine-Hortense (Hoche), du roi Jérôme (Mac-Mahon), d’Essling (Carnot), d’Eylau (Victor Hugo) d’Iéna et de Joséphine (Marceau). Le quartier Etoile est à la limite de trois arrondissements : le 8ème, le 16ème et le 17ème. Les douze impressionnantes avenues partant de l’Etoile constituent un ensemble architectural insolite.
PLACE CHARLES DE GAULLE

PLACE CHARLES DE GAULLE

Depuis longtemps, de nombreux projets se sont succédés pour orner cette place : un éléphant triomphal en 1758, un obélisque en 1770, un cadran solaire en 1799,….et c’est Napoléon, après Austerlitz, qui décida la construction d’un colossal arc de triomphe en l’honneur de la Grande Armée ; il porterait le nom d’Arc d’Austerlitz et sa construction fut confiée à Chalgrin. Long à construire car il fallut édifier à 8 mètres de profondeur un support pour compenser la fragilité du sous-sol. Le 2 avril 1810, ce n’est qu’une maquette en toile qui accueille Napoléon et la nouvelle impératrice lors de leur entrée à Paris. En 1811, l’arc n’a que 5 mètres de haut ; il faut attendre le 9 octobre 1823 pour que Louis XVIII ordonne la reprise des travaux de l’arc, consacré dorénavant aux succès de la guerre d’Espagne. Le gros œuvre était à peine terminé en 1831. Thiers modifia encore le projet décoratif, et, quand il fut inauguré en 1836, l’Arc de Triomphe n’était pas entièrement terminé ; on discuta encore longtemps de la décoration du sommet, sans conclure et, aujourd’hui encore, le monument reste inachevé. La Commune y installa des pièces d’artillerie et le monument fut fortement endommagé lors des combats de 1871. En décembre 1840, les cendres de Napoléon y furent déposés quelques heures ; ensuite cette courte halte de dépouilles devint un véritable rite ; ainsi pour le Duc d’Orléans en 1842, Thiers (1877), Gambetta, Victor Hugo, Carnot, Mac-Mahon, Foch, Joffre, Leclerc, De Lattre, Lyautey….C’est sous l’Arc de Triomphe, le plus grand arc du monde et symbole de puissance militaire française, que repose le corps du Soldat Inconnu, symbole des morts de la première guerre mondiale dont le souvenir est entretenu par une flamme. Il y fut installé le 28 janvier 1921, et la flamme le 11 novembre 1923. Cette place qui s’est longtemps appelée place de l’Etoile, se nomme depuis 1970 place de l’étoile-Charles de Gaulle.
Côté immobilier, on trouve principalement aux alentours des Hôtels Particuliers, de luxueux pied-à-terre et des bureaux.
AVENUE CARNOT

AVENUE CARNOT

Ouverte, nous l’avons dit, entre 1854 et 1867, elle prit son nom actuel en 1880. C’est l’avenue la moins longue mais la plus résidentielle des douze avenues rayonnant en étoile de la place Charles de Gaulle. Elle est bordée de paulownias dont les fleurs violettes en grappe enivrent les environs à chaque printemps.
Maurice Ravel, compositeur français, a résidé au 4, avenue Carnot et y a écrit quelques-unes de ses œuvres majeures dont les Valses nobles et sentimentales, Ma mère l’oye et le ballet Daphnis et Chloé.
AVENUE DE WAGRAM

AVENUE DE WAGRAM

L’avenue de Wagram a pris son nom en 1864, peu de temps après son ouverture, en l’honneur de la victoire de Napoléon contre les autrichiens le 6 juillet 1809. Elle se déploie de la place Charles de Gaulle à la place Wagram. Elle est coupée par la place des Ternes qui se trouve au carrefour avec l’avenue des Ternes. Le « Haut de Wagram » était un des hauts-lieux du spectacle parisien (portion Etoile – Ternes). Cette partie est moins résidentielle que le reste de l’avenue et abrite aujourd’hui de nombreuses boutiques et bureaux.
N° 39 : La salle Wagram fut fondée en 1812 sous le nom de « bal Dourlans », bal champêtre situé en pleine campagne. Le jardin s’étendait à l’emplacement des numéros 35 à 39.
N°41 : emplacement de l’ancien « cercle nautique »
La place des Ternes était traversée jusqu’en 1864 par le mur d’octroi ; elle faisait partie de l’avenue de Wagram jusqu’en 1893.