Sèvres

Sèvres

Surnommée la cité de céramique, Sèvres est réputée pour ces intemporelles manufactures de céramique et de verre. La ville se construit au grès des ouvriers, tout d’abord de vocation horticultrice, puis ouvrières avec les manufactures. Ainsi, l’architecture évolue et s’embellit. La cristallerie de Sèvres en fait la renommée, grâce à Madame de Pompadour, sa fondatrice qui apporte un certain prestige à la ville, la faisant évoluer vers une urbanisation plus prestigieuse. Elle conserve ses traces de la royauté avec les caves du roi Louis XIV, le Brimborion de Madame de Pompadour. De nombreux artistes s’établissent dans cette ville, séduits par l’architecture en pierre blanche, les escaliers enlacés par les arbres. De par son histoire, Sèvres est composée de nombreux hôtels particuliers et biens de prestige que Paris Ouest Sotheby’s International Realty vous propose sur notre site.

De quand date ce village, situé sur le ruisseau de Savara qui se jette dans la Seine ? Il semblerait qu’en 560, existaient déjà une église, et quelques maisons, où s’établissent au fil des siècles vignerons et blanchisseurs. Le village devient un bourg, avec auberges et relais de poste, car il est situé sur le chemin de Paris à Versailles. De Sèvres, sont débarqués les matériaux destinés à la construction du château de Versailles et en 1684, le 1er pont, enjambant la Seine par l’ile Seguin, facilite l’accès aux fiacres, diligences et autres carrioles.
Escaliers et ruelles parcourent les deux rives, de nombreux artistes et hommes politiques y séjournent. Diderot y passe les dernières années de sa vie, la maison de Jardies devient successivement la demeure de Balzac, puis de Gambetta, qui y meurt. Sisley y vit, Corot y peint le bucolique « Chemin de Sèvres , faisant de cette ville un lieu d’épanouissement artistique.
En 1961, le vieux bourg, insalubre, est rénové ; en 1963, un nouveau pont, supportant le fort trafic de l’A10 est terminé. Sèvres reste aujourd’hui une ville agréable, protégée par la Seine, le Parc de Saint-Cloud, la forêt de Meudon et celle de Fausses-reposes. Desservie de part et d’autre par de grands escaliers escarpés (près de 3000 marches en tout), elle a su garder une bonne partie de son patrimoine architectural et on y trouve encore de très belles demeures en meulière ou en briques, aux jardins majestueux.

Cristallerie - Manufacture

En 1739, est entreprise la rénovation du bourg. A l’instigation de Madame de Pompadour, qui possède les demeures voisines de Bellevue et sa « babiole » de Brimborion, fait déplacer la manufacture de céramique de Vincennes à Sèvres. Le roi, qui visite régulièrement sa maîtresse, devient Seigneur de Sèvres ; c’est donc sous Louis XV que s’y développent les manufactures de céramique, de toiles peintes, la manufacture royale de porcelaine, les caves du roi et bientôt le cristal de Sèvres.
Début XIXème, Alexandre Brongniart, fils de l’architecte, crée le musée de la céramique, dans la grande salle duquel sera scellé, en 1920, le traité de Sèvres, mettant fin à la guerre entre les alliés et l’empire Ottoman, puis en 1956, le protocole de Sèvres en réaction à la nationalisation du canal de Suez par l’Égyptien Nasser

Cristallerie de Sèvres : cette production naît à l’initiative de Madame de Pompadour en 1750, mais ne se voit mise en lumière qu’à partir du règne de Charles X, prenant une place plus importante, notamment en produisant des éléments de la couronne royale. Cette cristallerie subsiste encore aujourd’hui, son prestige et son histoire la rendent unique et font perpétuer les vœux de Madame de Pompadour.

Les Bruyères

A l’arrivée des ouvriers de la capsulerie Gaupillat, naissent les premières habitations. En effet, auparavant, Sèvres n’était qu’un grand territoire, utile pour le développement des vignes et des élevages de bétails ; la grande forêt domaniale de Meudon séduisait les seigneurs amateurs de chasse.
Ainsi, c’est autour de petites maisons en bois que se développent les usines de munitions, avant d’être reprises en 1939 par la Société française de munitions de Jules Gévelot. Outre cela, Sèvres est appréciée pour ses guinguettes comme le Faisan Doré.

Beau-Site - Pommerets - Binelles

Maison Hetzel

Centre-ville

L’Hôtel de Ville : La mairie de Sèvres ne déroge pas à la profonde histoire qui marque la ville. Sur ses terres, résidait René Peyrat en 1630, propriétaire du domaine de Courchamp. Puis, Pierre Monnerot, conseiller du roi, en fait l’acquisition en 1647 avant de se retrouver forcé de laisser ses biens aux enchères en 1661. C’est à ce moment-là qu’a lieu la transmission des terres dans la famille d’Orléans. Presque 200 ans plus tard, le roi vend cette propriété au conseil municipal, transformant le bâtiment en mairie. En se promenant devant la mairie, nous découvrons désormais un bâtiment rénové dans les années 10.

Danton - Gabriel Péri - Montespan

Maison Gravant

Croix-Bosset - Monesse

Maison des Jardies : C’est au 14 rue du Chemin Vert, que diverses personnalités ont vécu dans une ancienne propriété de vignes. En 1837, c’est l’auteur Honoré de Balzac qui y emménage, pour fuir les dettes qui l’attendent à Paris ; seul son buffet est conservé aujourd’hui. Ensuite, Léon Gambetta, avec sa compagne, élut domicile dans l’ancienne maison de vigneron où il s’éteindra. Aujourd’hui, la maison de Jardies, classée monument historique, constitue un lieu de pèlerinage honorant la mémoire de cet homme politique

Brancas

Le pont en bois, qui menace de s’effondrer est reconstruit entre 1808 et 1820, les lignes Saint Lazare-Versailles puis Montparnasse-Versailles traversent la petite vallée (1839 et 1840) ; un nouveau pont, un chemin de fer, et les parisiens font dès lors construire de fastueuses résidences secondaires. En bordure du Parc de Saint Cloud, le lotissement Villa Brancas, domaine privé fermé aux non-résidents, voit fleurir de belles villas en pierre meulière dès 1853.