Puteaux

Puteaux

Réputée par son quartier des affaires de la Défense, Suresnes est une ville active marquée par l’histoire. De fait, malgré son architecture assez récente, elle a été un lieu religieux avec l’abbaye de Saint Denis qui en faisait sa réputation du XIIème siècle au XVIIème siècle. De plus, elle a été le foyer de conflits, notamment pendant la Seconde guerre mondiale, les industries d’armements implantées sur place faisant l’objet de bombardements ennemis. Bien que son évolution fut tardive, la ville se développe constamment et se renouvelle sans cesse depuis le XXème siècle. Aujourd’hui, elle est animée par son quartier des affaires de renommée internationale, offrant des emplois au sein de multinationales mais également des études dans des établissements de prestige comme l’IESEG. Ces dernières années, Puteaux s’est dotée d’une coloration plus riche, et attire peu à peu de nouveaux acheteurs. La ville fleurie et à l’architecture atypique offre en effet de nombreux biens de luxe dont Paris Ouest Sotheby’s International Realty vous propose à la vente. 

De « Puteoli » (petit puits, ou marécages, selon que la version est poétique ou réaliste), au Puteaux d’aujourd’hui, abritant le plus moderne des quartiers d’affaires de France, combien d’histoires se sont déroulées au cours des siècles dans cette petite ville en bordure de Seine.
Bien que des pièces datant des Parisii au Ier siècle avant J.C, peuple gaulois aux origines de la région parisienne y ait été retrouvées, c’est plutôt en 1148 que l'« acte de naissance » de « Putiauz » est signé par l’abbé Suger, prête de l’abbaye de Saint Denis, conseiller de Louis VI et régent de Louis VII.
Le village abrite des vignerons et cultivateurs, qui vivent de la terre fertile de la colline de Chantecoq et des bords de Seine.
Dès le XVIIème siècle, la noblesse parisienne, et notamment le Duc de Gramont, y établissent des villégiatures. Sur l'île de Puteaux, est édifié le premier club de Tennis de France en 1873 et la famille Rothschild y entretient une ferme modèle, aux essences rares et animaux exotiques. Sur l’actuelle esplanade, on peut apercevoir la statue de « la Défense de Paris » par Barrias édifiée en 1883 en hommage au peuple qui s’opposa aux Prussiens en 1870-71. Déplacée de nombreuses fois, elle donna son nom au quartier d’affaires qui couvre le nord de la ville de Puteaux et le Sud de Courbevoie.
La Seine constitue un élément clé de la ville. Inondée sévèrement lors de la crue de 1910, Puteaux devient une ville industrielle. Des encres typographiques de l’atelier Lorillieux, début XIXème, à l’installation des industries De Dion Bouton et Unic, grands noms de l’automobiles, en passant par Zodiac et Morane-Saulnier, constructeurs aéronautiques, le passé agricole du village disparaît.
C’est en 1958 que Puteaux connait le bouleversement de l’ère tertiaire et le début des grands travaux, avec l’édification du CNIT. Entre 1960 et 1970, jaillissent de nombreuses tours et le RER A lie le centre d’affaire à Paris.
Aujourd’hui encore, La Défense semble en perpétuelle mutation. Alors que des tours naissent encore, tant à Puteaux qu’à Courbevoie, le cœur a totalement été réhabilité pour devenir une ville agréable et fleurie, aux commerces prospères et aux immeubles d’habitation modernes et accueillants. Il ne cesse de se réinventer : émergent ainsi le quartier des arts et l’éco-quartier du rond-point des Bergères.

Vieux Puteaux – Pressensé

A l’origine un petit village, Puteaux était recouverte de vignobles et autres cultures. Néanmoins, le Vieux Puteaux n’était alors qu’une dépendance de Suresnes. Le symbole de ce lien était l’Église ; en effet, les Putéoliens ne possédaient pas de lieu de culte et devaient se rendre à Suresnes pour se recueillir. C’est en 1509 que, poussés par un désir d’indépendance, les habitants du Vieux Puteaux demandèrent la fondation d’une chapelle. Celle-ci vit le jour en 1523 et pris le nom de Notre-Dame de Pitié. Avec la création de cette paroisse, Puteaux se détacha de Suresnes. Cependant, malgré l’agrandissement de la Chapelle en 1640 pour permettre à plus d’habitant de s’y recueillir, ce n’est qu’en 1717 que la frontière a définitivement été tracée entre les deux villes, par la Croix de Puteaux. Le Vieux Puteaux séduisait déjà la noblesse parisienne, mais après cette indépendance, les parisiens s’installent peu à peu dans ce village. Aussi, des constructions comme le Théâtre de Puteaux en 1910, font évoluer le village et les vignobles vers une vie plus apaisante et attrayante. Le Vieux Puteaux est donc l’origine même de la ville de Puteaux et conserve ses éléments d’antan comme le théâtre, son Église du XVIIIème siècle mais aussi quelques habitations des années 20.

Centre-Ville – Colline

Le centre-ville est aujourd’hui un lieu de vie familiale, animé par les commerces et diverses animations, mais il reste encore un bâtiment symbole de la ville : il s’agit du moulin de Chantecoq. Bâti en 1648, il a servi à moudre le blé pour la population locale pendant deux siècles. Puis, Pierre Lorilleux en fera sa fabrique d’encre en 1823, et ce bâtiment deviendra même l’emblème de ses productions. Par la suite, le bâtiment sera redonné à la ville en 1970 et restauré en 1990, le classant désormais comme patrimoine historique. En outre, il y a une marque symbolique de l’histoire, celle de voir une ville animée par de nouveaux habitants, à deux pas d’un moulin de plus de 350 ans, qui a vu passer nombre de générations. 

Bergères –Lorilleux - Rosiers

Au Vème siècle, Sainte Geneviève, patronne de la ville de Nanterre, venait faire paître ses moutons à Suresnes en compagnie d’autres bergères, d’où le nom de ce lieu. Jusqu’au XIXème siècle, seuls l’agriculture et l’élevage animent cette partie de la ville. Cependant, avec la formation du premier chemin de fer en 1839, les quartiers vont se développer et diverses industries naître, telles l’imprimerie ou des fabriques d’encre comme celle de Charles Lorilleux. De fait, un nouveau quartier, héritant du nom de cet industriel et ancien maire de Puteaux, va voir le jour, le quartier de Lorilleux. Enfin, grâce à la production des roses de Damas sur l’Île de Puteaux, les usines de parfum s’installent, au XIXème siècle, dans un quartier désormais appelé Rosiers. En effet, la culture de roses de Damas étant très importante à l’époque, de nombreuses industries liées au monde du parfum se sont établies à Puteaux. Aujourd’hui, le quartier des Bergères est en pleine mutation, portée par un désir d’évolution du niveau de vie ; cela passe par une rénovation des habitations, des voies de circulation et de la mise en place de nouveaux équipements.

La Défense

L’élément le plus récent de la ville est le quartier de la Défense. Hormis la statue La Défense de Paris, sculptée en 1883 par Barrias, en l’honneur de la lutte des français contre les Prussiens, il n’y a pas un bâtiment de plus de 70 ans. En effet, les premières tours voient le jour dans les années 60, avec le plan d’aménagement de l’EPAD, qui construit quelques tours homogènes pour former une ébauche de quartier d’affaires et loger les salariés ESSO. La prolongation de la ligne de métro N°1 reliant La Défense à Paris rend le quartier beaucoup plus attractif. Cependant, la crise économique montre les faiblesses de ce quartier qui manque cruellement d’animation. C’est donc en 1981 qu’est érigé le Centre Commercial des 4 temps, symbole d’un revirement de positionnement. En effet, à la suite de sa construction, de nombreux hôtels s’installent à la Défense qui se diversifie de plus en plus, jusqu’à jouir d’une visibilité mondiale. Avec le développement du quartier des affaires et du tourisme, la Défense est de mieux en mieux desservie par les transports ; dès 2006, est entreprise une modernisation générale de la Défense dont l’objectif est de fournir un espace de vie animé et sûr.

Bellini – République

Au XIXème siècle, cette zone de la ville est encore peu développée. Le quartier Bellini séduit certes pour ses guinguettes qui existaient à l’époque, mais c’est au début du XXème siècle que le quartier va prendre de l’ampleur. En effet, en 1920, une ébauche de mairie naît dans le quartier de République, son style alliant le moderne et le néoclassique. L’intérieur est décoré de fresques, vitraux et grandes fenêtres. Malgré de nombreuses rénovations, l’Hôtel de Ville conserve son charme originel. Au-delà du Vieux Puteaux, il faut rappeler que le territoire était couvert de vignes dès le XVIIème siècle, la production de vin blanc enrichissant la commune ; cependant avec l’industrialisation, les vignobles ont cessé d’être rentables et leur culture a pris fin en 1927. Récemment, la ville de Puteaux a souhaité se rapprocher de son histoire en installant un vignoble non loin de la mairie, nommé le « Jardin des Vignes ». Ainsi, depuis 2009, la ville de Puteaux perpétue la production de vin qui l’a fait naître.

Ile de Puteaux

L’Île de Puteaux a été marquée par l’accueil en 1873, de l’un des premiers clubs de tennis de France, ainsi que par le déroulement des Jeux Olympiques de Paris en 1900. Mais au-delà de ce passé sportif, l’Île de Puteaux a été le théâtre d’une production de roses. Au XVIIème siècle, la production des roses dites « de Puteaux » est importante ; cette rose a des vertus curatives, mais est aussi activement recherchée pour sa couleur rose pâle et son parfum. Ce qui pousse à augmenter sa production au XIXème siècle, et les usines de parfum Coty s’y installent. En 1942, la veuve Lebaudy fait don de ses terres à la commune, qui en fera un lieu historique, rappelant les origines de la ville. De fait, tout en profitant d’une promenade bucolique sur l’Île, il est possible d’admirer la Roseraie qui a été conservée par la ville.