Estimation immobilier Paris 15ème Dupleix - Motte Picquet

Dupleix - Motte Picquet

Boulevard de Grenelle

 Le nom du boulevard, de 1864, renvoie à l’ancienne commune de Grenelle qu’elle longeait. Anciennement, c'était un chemin à l'extérieur de l'ancien mur des Fermiers Généraux :
   -  le boulevard de Javel, pour la partie située entre les actuels quai de Grenelle et rue de Lourmel ;
   -  le boulevard de Grenelle, pour la partie située entre les actuelles rue de Lourmel et rue du Commerce ;
   - le boulevard de Meudon, pour la partie située entre les actuelles rue du Commerce et place Cambronne ;

A l'intérieur de l'ancien mur des Fermiers Généraux :
   -  le chemin de ronde de Grenelle pour la partie située entre les actuelles quai Branly et rue Daniel-Stern ;
   - une partie du chemin de ronde de l'École-Militaire, pour la partie située entre les actuelles rue Daniel-Stern et place Cambronne.

Le mur des Fermiers Généraux présentait à cet endroit deux barrières : barrière de la Cunette, près de la rivière, et la barrière des Ministres, barrant la rue de Lourmel Par l’arrêté du 10 novembre 1885, la partie du boulevard de Grenelle comprise entre l'avenue de Breteuil et la place Cambronne reçut le nom de « boulevard Garibaldi ». Ce site est desservi par les stations de métro Cambronne, La Motte-Picquet - Grenelle, Dupleix et Bir-Hakeim.
Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Le terre-plein central est occupé par le viaduc du métropolitain (ligne 6).

• No 1 : siège du Gros-Caillou sportif.

• Emplacement du Vélodrome d’Hiver, inauguré le 30 octobre 1910, et rendu tristement célèbre pendant la guerre (la rafle du Vel d’Hiv). Il fut démoli en 1959

• No 10 : siège du Parisien depuis 2017.

• Nos 44-46 : immeuble construit par Yves Lion de 1995 à 1997.

• No 55 : en 1958 est tourné le film Ascenseur pour l'échafaud de Louis Malle.

• N°61 : emplacement de la barrière des Ministres (cf supra)

• No 87 : construit par l’architecte Riolo, c’est le siège de la Fédération française de football ; anciennement centre technique de l'aluminium français jusque dans les années 1970-1980 (ce qui explique les bas-reliefs muraux illustrant cette métallurgie).

• No 107 : domicile du résistant Roland Agon, mort pour la Libération de Paris ; une plaque lui rend hommage au 52, avenue de La Motte-Picquet.

• No 123 : voie H15 qui abritait l'usine parisienne de matériel électrique de contrôle et industriel (MECI) jusque dans les années 1970 et qui est maintenant le siège de France Loisirs.

• No 135 : sous-station électrique du métro de Paris réalisée par l'architecte Paul Friesé en 1911. Elle est était chargée d'alimenter les stations en courant continu à basse tension et ce, pour faire courir moins de risques aux usagers. Cet édifice accueillait au rez-de-chaussée la salle des machines (au niveau des baies vitrées) et la salle des accumulateurs au premier étage. La façade est réalisée en briques, des piliers métalliques séparant les baies vitrées, avec trois arches à leur sommet. Désaffectée à partir des années 1960, la sous-station est devenue un local de service de la RATP vers 2000.

Avenue de La Motte-Picquet

Ouverte en deux temps, d’abord en 1680 puis en 1775 après la construction de l’école militaire (achevée en 1757), elle prit le nom d’avenue de l’Ecole Militaire aux Invalides ; en 1791 elle reçut le nom du Lieutenant Général des armées navales, Picquet de la Motte (1720 – 1791), Elle est cédée à la ville de Paris en 1838.. Elle est amputée en 1933 d’une partie assez grande pour la formation de la Place Joffre. Célèbre pour ses brasseries du début du 20ème siècle, elle traverse plusieurs quartiers du 15ème arrondissement et longe le Champ de Mars et l’école militaire.

• N°18 : emplacement du Cirque de Paris en 1907

Avenue de Suffren

Cette voie, ouverte en 1770, qui bordait le Champs-de-Mars, reçut son nom dès l’origine ; elle fut prolongée en 1867. Au N° 74 se trouvait à cet emplacement la Grande Roue de Paris, construite en 1898 pour l’exposition de 1900. Haute de 106 mètres, elle possédait 40 nacelles en bois, de première et deuxième classe, pouvant contenir 30 personnes. En 1922, les nacelles sont enlevées et récupérées par des commerçants qui les utilisent pour organiser le futur Village Suisse. Enfin, en 1937, l’ensemble est démantelé pour récupérer le métal.

Vous souhaitez estimer votre bien à Paris 15ème ? Faites appel à nos agences expertes de l'immobilier de luxe à Paris.