Saint-Germain-en-Laye

Saint-Germain-en-Laye

Lieu de naissance du roi Soleil, Saint-Germain-en-Laye est une ville marquée par la royauté. Sa proximité avec Paris et Versailles en a fait un domaine de chasse par excellence. Au XIIème siècle, la ville se développe sous l’impulsion de Louis VI qui construit un premier château, repris et rénové par sa descendance. La ville est également le lieu de résidence d’une favorite du roi Louis XIV, qui lui donnera sa splendeur en construisant son fameux hôpital général royal. De même l’ancien prieuré abrite aujourd’hui le lycée International, né à l’initiative du président Eisenhower afin de symboliser l’union américano-européenne. Aussi, son fameux Château Neuf fait également la renommée de la ville, un bâtiment dans lequel séjourna Louis XIV au début de son règne, les terrasses dessinées par Claude Monet. Ville royale, Saint-Germain-en-Laye, conserve sa splendeur, tant par son architecture que par son patrimoine culturel. De nombreuses villas de luxe, marquées par l’histoire, qui conservent leurs attraits d’antan sont disponibles sur le site de Paris Ouest Sotheby’s International Realty.

C’est à partir du Xème siècle que la ville prend son essor, bien que nous lui connaissions des peuplements bien plus anciens. Saint-Germain-en-Laye fut nommée, comme sa sœur Saint-Germain-des-Prés, en hommage à Saint Germain alors évêque de Paris ; un lay désignant un chemin dans la forêt, car à l’époque la forêt recouvre les Yvelines.
C’est la royauté qui va donner à Saint-Germain-en-Laye toute son importance. En effet, les rois viennent chasser dans la forêt attenante et remarquent le caractère exceptionnel de cette ville construite sur un plateau qui surplombe la région parisienne, emplacement idéal pour la construction de châteaux. Et effectivement, dès le XIIème siècle, le roi Louis VI y fait construire une première forteresse qui domine ainsi les seigneuries d’Ile-de-France. C’est le début d’une longue histoire entre la royauté, sa cour, et la ville de Saint-Germain-en-Laye.
Au XIIIème Blanche de Castille, épouse de Louis VIII et donc Reine de France, fait construire une grande route qui traverse en ligne droite la forêt entre Saint-Germain-en-Laye et Poissy où elle donne naissance à son fils, le futur Saint Louis. En 1539, François Ier transforme le château dans un style Renaissance tel qu'on le connaît actuellement. C’est dans la chapelle du château qu’il épouse Claude de France au cours de fastueuses noces et que Saint-Germain-en-Laye devient la résidence favorite du roi. Puis c’est le roi Henri II qui naît  dans cette ville et accède au trône en 1547, année du célèbre « coup de Jarnac », duel qui a lieu sur l’esplanade du château. Il fait construire un deuxième château, le « château neuf » dont il ne reste aujourd’hui que des vestiges. La ville est alors le théâtre de quelques importantes décisions politiques, comme, le 17 janvier 1562, l'Édit de Saint-Germain qui accorde aux protestants français la liberté de conscience et une certaine liberté de culte. Le 8 août 1570, le traité de paix de Saint-Germain-en-Laye met fin à la troisième guerre de religion. 
Enfin, le 5 septembre 1638, Louis XIV, le Roi Soleil, naît à Saint-Germain-en-Laye et y passe une partie de sa vie. Il fait aménager, par le célèbre André Le Nôtre, les jardins à la française et la grande terrasse. Rue du vieil abreuvoir, on trouve encore l’hôtel de la Marquise de Maintenon, favorite puis seconde épouse de Louis XIV. La vie à Saint-Germain-en-Laye est alors très riche et de nombreux artistes viendront s’y produire, de Molière à Lully. 
Madame de Montespan fait construire à Saint-Germain-en-Laye un hôpital général royal ainsi que le couvent des Ursulines. De même, de nombreux nobles y font bâtir leurs hôtels particuliers, dont beaucoup sont encore présents aujourd’hui au cœur de la ville. Entre autres témoignages de la situation particulière de cette ville, Henri IV a exempté les habitants de toutes charges, privilège qui a duré jusqu’à la Révolution, époque où Saint-Germain-en-Laye prend le nom de Montagne-du-Bon-Air.
Jusqu’alors la ville était fermée par sept barrières d'octroi. Elle demeure aujourd’hui divisée en quatre grands quartiers que délimitent les rues de Paris et de Poissy d’une part et les rues de Mareil, au Pain et de Pontoise, d’autre part. En 1837, le premier train Paris-Saint-Germain est en circulation et il s’agira de la première ligne au service des voyageurs en France. Une gare sera construite à proximité immédiate du château, ce qui recompose le jardin existant à cet emplacement. En 1862, c’est le compositeur Claude Debussy qui naît à Saint-Germain et dont la demeure abrite aujourd’hui un musée, rue au Pain. Enfin, en 1904 est fondé le Stade saint-germanois, club de sports qui donnera naissance en 1970 au Paris Saint-Germain Football Club.

Saint-Germain-en-Laye, à une vingtaine de kilomètres de la capitale, est d’abord une ville historique, au patrimoine remarqué. Elle est construite sur un site exceptionnel, dominant Paris et sa banlieue, en bordure de forêt. Elle jouit du plus grand territoire communal des Yvelines, occupé en grande partie par la forêt.
La ville est célèbre pour son château, l’un des plus beaux d’Ile-de-France, sa terrasse, sa forêt, mais aussi pour ses écoles, ses commerces et ses musées. Elle a conservé un centre historique particulièrement riche, hérité à la fois du Moyen-Âge et de la période royale. Le rayonnement de la ville est lié à ce patrimoine historique exceptionnel, Saint-Germain-en-Laye ayant été très appréciée des rois français et de leur cour. Le centre ancien est d’ailleurs classé secteur sauvegardé.

Lycée international Château d’Hennemont

A la fin du XIIème siècle, le quartier n’est qu’un mont, sur lequel est bâti une chapelle. Puis en 1308, il devient un prieuré où vivent des moines en charge de la chapelle royale des châteaux de Poissy et de Saint Germain en Laye. Sous Louis XIV, le monastère retrouve un certain rayonnement.  Durant la Révolution française, le prieuré est détruit et ce qu’il en reste est vendu. C’est en 1907 que l’inventeur de la pastille Valda, Henri Cannone fait ériger un château, dénommé château d’Hennemont. Formé de pierres et de briques rouges, le château fera office d’hôpital pour les troupes coloniales durant la Seconde guerre mondiale. L’armée allemande parviendra à s’en emparer en juin 1940, jusqu’en août 1944. Ce n’est qu’à la fin de la Seconde guerre mondiale, que le château est récupéré par les français. C’est alors que le général américain Eisenhower, séduit par la construction du « Shape village », petit village au sommet du mont accueillant les soldats américains et français, demande la création d’une école internationale en 1952. L’objectif de la création de cette école est, dans la même lignée que l’OTAN, d’unir les soldats de différentes origines.

Hôpital de Poissy-Saint Germain en Laye

L’hôpital de Saint Germain en Laye a d’abord été construit en 1228 sous le nom de « maison-Dieu » pour accueillir les malades, à la demande du roi de France, Louis IX. Cependant, la « maison-Dieu » va cesser de fonctionner, l’établissement étant devenu obsolète. Ainsi, il va être détruit puis reconstruit. Tenu par des sœurs, l’accès est ouvert à tous et deviendra également un espace d’accueil. Il devient hôpital public en 1956, et les Sœurs de la Charité le quittent l’année suivante. Enfin, à la fin du siècle dernier, il fusionne avec l’hôpital voisin de Poissy. Aujourd’hui, l’hôpital reste emblématique, puisque son terrain a vu passer deux hôpitaux avant lui. De fait, le quartier porte le nom de cette institution importante de la ville.  Aujourd’hui, le quartier accueille la majorité des établissements administratif.

Rotondes Saint Léger

Ce quartier tient son nom de deux éléments importants qui ont marqué la ville. De fait, la paroisse existe depuis des centaines d’années. La première paroisse du nom de Saint-Léger-en-Laye vit le jour au début du 14ème siècle. Au fil du temps, elle fut le lieu de diverses activités, de moulin à farine à terre agricole en passant par la blanchisserie et la tannerie. Un autre élément s’inscrit dans ce quartier, la place des Rotondes. Anciennement place des Coteaux du Bel-Air, son histoire est beaucoup plus récente. En effet, à l’origine espace de logements sociaux, la place a connu des vagues d’urbanismes qui ont successivement donné leur nom au quartier. En 1966, une grande dalle fait office de place, nommée Coteaux du Bel-Air, puis, face à sa détérioration, un projet de reconstruction est mis en place. Ainsi, en 2015 sonne la fin des travaux, avec la finalisation de deux rotondes abritant les institutions publiques de la ville comme un poste de police, une mairie annexe etc., mais également des établissements de divertissement comme un bar-brasserie.

Centre-Ville – Le Plateau

Le cœur de la ville est aussi le lieu de naissance de celle-ci. En effet, Saint-Germain-en-Laye entre dans l’histoire à la construction du château de Saint Germain, en 1557, à la demande du roi Henri II. C’est alors que la ville devient la nouvelle résidence des rois, malgré le désintérêt de François II et de Henri III. Heureusement, Henri IV prend la relève. Il entreprend d’étendre le bâtiment et de le nommer Château Neuf, en comparaison avec le premier château de son ancêtre. Louis XIV y séjournera au début de son règne, et, malgré le déménagement du roi et de la cour à Versailles en 1682, des maisonnées se construisent, entourant le château et ses parcs. Avec la Révolution française, le château est détruit, et on en trouve aujourd’hui que des vestiges. La ville de Saint-Germain-en-Laye est donc issue de ce quartier, qui est aujourd’hui le centre-ville. Aujourd’hui, ce cœur de la ville s’est embelli, et est très commerçant ; il attire les familles par ses espaces pavillonnaires et ses parcs.

Maison Debussy : Au XVIIème siècle est construite cette maison, sur des plans-type de l’architecte Pierre Le Muet. Il s’agit de la maison natale de Claude Debussy

Terrasse : Claude Mollet, y avait construit des jardins en terrasse sur la façade du Château Neuf pour Henri IV. Puis, les jardins ont été modifiés par Thomas Francine, grâce à des grottes, des jeux d’eau et des automates hydrauliques. Aussi André Le Nôtre, quant à lui, est à l’origine de la grande Terrasse, construite entre 1669 et 1674, où l’on peut encore se promener et admirer un panorama à perte de vue

Villa E. Desoyer : d’abord dénommée Bâtiment Henri IV, la villa Eugénie Desoyer fut acquise en 1884 par Eugénie et Léon Désoyer ; ce dernier la lègue à la ville en 1929 pour en faire la bibliothèque municipale jusqu’en 2005. Elle sert aujourd’hui d’Office de Tourisme.

Debussy Schnapper

Le Prieuré : devenu un musée, cette ancien Prieuré fut fondé à la fin du XVIIème siècle.  Madame de Montespan y installe un hôpital général royal, mais ce n’est qu’au début du XXème siècle que la bâtisse prend son nom actuel. Maurice Denis achète l’édifice et le restaure. Puis, il sera légué à la ville par sa descendance, pour devenir un musée. 

Sous préfecture - Pontel

A l’origine, le quartier de Sous-préfecture – Pontel, était un espace fertile occupé par des cultures maraîchères et des vignes. Aujourd’hui, il conserve les traces de son passé de par la présence d’espaces champêtres et de pavillons qui attirent les familles à la recherche d’un espace calme et apaisant.