La crise du coronavirus n’a pas affecté le marché de l’immobilier de luxe

  1. Accueil
  2. >
  3. Presse
  4. >
  5. La crise du coronavirus n’a pas affecté le marché de l’immobilier de luxe
La crise du coronavirus n’a pas affecté le marché de l’immobilier de luxe

Paris et sa banlieue, place phare de l’immobilier de luxe

Les biens de prestiges se définissent par une localisation très recherchées, des atouts de rêves comme une vue exceptionnelle, sa rareté et son coût. De fait, selon le baromètre de Belles demeures, les biens parisiens de luxe avoisinent les 15 400 euros au mètre carré, tandis que les biens en banlieue chic telles que Neuilly ou Boulogne Billancourt voient leur prix du mètre carré s’élever jusqu’à 13 460 euros. En général, les Hauts-de-Seine abordent 10 500 euros au mètre carré tandis que les Yvelines offrent des biens de luxe à 6 310 euros du mètre carré. Aussi, les prix augmentent de 14% environ dans les Hauts-de-Seine. 
 

L’immobilier de luxe en France

En France, plusieurs régions attirent pour leurs biens de luxe. Le Baromètre des prix de l’immobilier de prestige Belles place l’Île-de-France en tête avec 54% de visites sur leur site, puis la région PACA prend la seconde place avec la Côte d’Azur, avant de finir par la région Rhône Alpes, notamment la Provence. Cependant, après le confinement, la région Aquitaine prend la place de cette dernière.   
 

Des espoirs d’acheteurs en dissonance avec la réalité

Les pronostics prévoyaient en juin prévoyait une chute du marché de l’immobilier de luxe, seuls 10% espéraient une hausse des prix. Cependant, les prévoyances et la réalité ne concordent pas, les biens de luxe voient bien leurs prix augmenter en flèche, malgré la situation qui laissait supposer une baisse de ce marché. A titre comparatif, l’année passée alors que nous étions dans des conditions financières, 27% croyaient en une hausse des prix. 
 

La crise du coronavirus a permis de relancer la « certitude de l’achat »

Le confinement a également permis de conforter de potentiels acheteurs dans leur choix, validant ainsi la théorie du facteur psychologique dans l’achat d’un bien. De fait, Belles Demeures montre qu’à la suite du déconfinement, 40% des individus ont estimé qu’il était le moment idéal pour procéder à l’achat d’un bien tandis que 79% annonçaient qu’ils avaient confiance en l’achèvement de leur projet très prochainement.  
 

Les biens de luxe français chez les étrangers

Enfin, la France attire toujours autant les acheteurs étrangers qui la présentent comme la représentation de la richesse par sa dotation de patrimoine que ce soit en termes de mode, de culture, de gastronomie et d’architecture. 

 

Retrouvez l’intégralité de l’article en cliquant ici