Même en temps de crise, l'immobilier de luxe garde la cote

  1. Accueil
  2. >
  3. Presse
  4. >
  5. Même en temps de crise, l'immobilier de luxe garde la cote
Même en temps de crise, l'immobilier de luxe garde la cote

LIBRE ECO

Publié le 03/02/2021

Bien que la clientèle soit plus exigeante sur certains biens parisiens, le marché de l’immobilier de prestige se maintient. C’est ce dont s’étonne Alexander Kraft, responsable de la filiale immobilière de la maison de luxe Sotheby’s, qui voit son chiffre d’affaires augmenter, en pleine crise, de 5% par rapport à l’année précédente. De plus, Sotheby’s n’est pas le seul réseau à profiter de cela. De fait, les réseaux Barnes et Daniel Féau enregistrent certes un recul des ventes de biens parisiens et une stabilisation des prix mais les ventes en provinces connaissent une hausse. En effet, les villes de Biarritz et Deauville sont de plus en plus prisées par les acheteurs fortunés.

Alexander Kraft souligne les effets du confinement, ce dernier a développé une soif d’espace chez les acheteurs qui cherchent désormais à acquérir des biens avec des espaces extérieurs comme un balcon ou un jardin ou simplement des biens plus grands. Ce phénomène s’explique par un rythme de vie plus tourné vers l’intérieur dû au confinement, qui a développé une envie d’augmenter la qualité de vie dans la résidence principale. On observe donc des désirs d’agrandir l’espace de vie, de disposer d’un bureau pour travailler en télétravail mais également d’un espace extérieur pour s’aérer, même pendant le confinement.

Des biens utiles comme refuge

Les réseaux immobiliers grands publics ressentent ce même besoin chez les acheteurs, sans pour autant remarquer de hausse de la demande. Cela est plus marqué chez les personnes plus fortunées, qui sont davantage pressées de trouver des biens plus grands.

En effet, certaines ventes sont conclues à distance, sans visite au-delà du virtuel. Cela souligne la précipitation pour la vente et le désir urgent d’un bien plus grand. Cette envie d’espace s’ajoute à un désir de sécuriser son capital. Plutôt que d’investir dans des actions ou dans l’or par exemple, les acquéreurs préfèrent acheter des biens comme valeur refuge. La fluctuation des actions durant le Covid laisse paraître l’immobilier comme l’investissement le plus sécurisé.

La crise sanitaire a néanmoins ralenti la clientèle habituelle, à savoir les britanniques, qui ne peuvent pas se déplacer pour acheter des biens en France. Alexander Kraft reste cependant optimiste quant à un rebond des ventes lorsque les étrangers pourront à nouveau entrer sur le territoire français. De fait, le maintien des ventes soutenues par la clientèle française pourrait permettre une augmentation importante des ventes une fois que la clientèle étrangère s’ajoutera à ces données.

Pour consulter l’intégralité de l’article, cliquez ici. 

Paris Ouest Sotheby's International Realty, expert de l'immobilier de luxe et de prestige à Paris