Immobilier de prestige : Les marchés de Paris et des Hauts-de-Seine restent stables malgré le Covid

  1. Accueil
  2. >
  3. Presse
  4. >
  5. Immobilier de prestige : Les marchés de Paris et des Hauts-de-Seine restent stables malgré le Covid
Immobilier de prestige : Les marchés de Paris et des Hauts-de-Seine restent stables malgré le Covid

MY SWEET IMMO

Publié le 23/12/2020

De manière générale, le marché francilien de l’immobilier haut de gamme se porte étonnamment bien vu les circonstances exceptionnelles actuelles. Constat unanime des 9 agences du réseau Sotheby’s dans la capitale : les acquéreurs français sont plus présents que jamais et aujourd’hui les biens qui ne se vendent pas sont surtout ceux dont les propriétaires espèrent obtenir un prix au-delà de la valeur du marché. Les acheteurs en ce temps de crise sont exigeants et les biens d’exception sans défaut trouvent acquéreurs très rapidement. Par contre, même si certains vendeurs pensent le contraire, les propriétés surévaluées ne se vendent pas », explique Alexander Kraft.


Analyse générale des ventes pendant le confinement

Concernant les ventes depuis le début du deuxième confinement, Sotheby’s Paris Ouest se réjouit d’une certaine stabilité. De fait, Paulo Fernandes, directeur associé de Sotheby’s Paris Ouest, ou encore Alexander Kraft, directeur général de Sotheby’s International Realty France – Monaco, constatent une certaine relance des ventes. Cela s’explique par un désir similaire au premier confinement, celui d’avoir plus d’espace, que ce soit une terrasse ou une pièce supplémentaire ou encore par un déménagement hors des villes.  Ainsi, les ventes n’ont pas du tout baissé, les biens au prix correspondant à leur valeur sont vendus très rapidement, en particulier ceux sans défauts ou ceux ayant des caractéristiques exceptionnelles.

Paulo Fernandes évoque donc des ventes conséquentes, dont le prix se situe généralement entre 3 et 6 millions d’euros. Malgré l’absence d’étrangers, la clientèle française permet de maintenir un rythme soutenu dans les chiffres de l’immobilier de luxe. Cependant, on observe une réflexion plus poussée quant à l’achat de ces biens, due à la situation économique. Néanmoins, certains acheteurs n’hésitent pas à acheter cash ou obtiennent très facilement des prêts, ce qui facilite les achats.

David Prazowski, directeur d’agence, remarque également que les prix ne baissent pas et que la demande permet d’obtenir de bons résultats. Aussi, Pascale Constans, Directrice générale associée de Propriétés Parisiennes Sotheby’s International Realty, remarque que les acheteurs, comme les vendeurs, sont plus enclins à revoir leurs objectifs en termes de prix, bien que certains restent sur leurs positions, ce qui retarde les ventes. Jean-Charles Engel, directeur de l’agence des Hauts-de-Seine, quant à lui, est surpris du nombre de ses ventes, car depuis son arrivée dans le monde de l’immobilier de luxe, il n’a jamais autant vendu de biens à trois millions d’euros, et en aussi peu de temps.


Analyse par quartier

Les quartiers parisiens souffrent de différents problèmes quant à la vente. Concernant les 15e, 16e et le 17e, ainsi que les 6ème, 7ème et 8ème arrondissement, le marché reste dynamique malgré l’absence de la clientèle étrangère. Paulo Fernandes explique cela par la demande soutenue de la part des parisiens. Les biens recherchés sont en général des appartements avec terrasse ou des maisons.  Les quartiers recherchés restent les mêmes qu’avant le confinement, c’est-à-dire le Trocadéro, Passy ou encore la Muette ; les autres hôtels particuliers dans d’autres secteurs trouvent beaucoup de clients. Ainsi dans le 17e, tout bien à proximité du parc Monceau se vend assez rapidement.

Dans le Marais et l’Est parisien, c’est le prix qui pose problème. En effet, on observe un désir de partir en province mais les ventes ne se concrétisent pas pour une question de prix. Ainsi, les personnes reçues en agence recherchent particulièrement des biens hors Paris, dans un espace plus campagnard. Ici encore, l’absence de clientèle étrangère peut poser problème, car il s’agit d’une grosse clientèle pour cette partie de la région parisienne. En revanche, il n’y a pas de baisse de prix, les résultats sont même meilleurs que ceux obtenus avant le confinement.

Dans les Hauts-de-Seine, la clientèle est essentiellement une clientèle parisienne qui cherche à s’éloigner. Certaines catégories de biens compris entre 1,6 million et 2,5 millions d’euros, se vendent difficilement et touchent une clientèle pour laquelle l’obtention de prêt peut être plus difficile. Le marché se porte tout de même bien mais les opérateurs restent prudents.

Pour consulter l’intégralité de l’article, cliquez ici. 

Paris Ouest Sotheby's International Realty, spécialiste de l'immobilier de luxe et de prestige à Paris